LaTeX au collège – Introduction à PSTricks


Pour intégrer une figure géométrique à un document, la méthode classique consiste à produire la figure avec le logiciel de notre choix puis de l’intégrer dans notre document sous forme d’objet graphique. \LaTeX permet bien sûr cette manipulation basique. Je vous propose cependant ici d’intégrer une figure sous forme de code directement dans le document. L’avantage principal étant pour moi l’indépendance du fichier : il contient à lui seul texte et figure.

PSTricks est un outils développé pour cela. Cette extension utilise les fonctions de PostScript pour fournir des commandes de dessin.

latex-lecon_alpha_1-01.png

Pour mémoire PostScript est un langage inventé par Adobe pour décrire une page graphique. Il est compris directement par la plupart des imprimantes ce qui préserve des modifications à l’impression et garantie de manière extrêmement rigoureuse la dimension des objets imprimés. ( Tout le monde sait que les profs de math n’aiment pas que l’on mesure les figures photocopiées … )

PSTricks est une extension de \LaTeX qui offre les possibilités classiques du dessin vectoriel ( segment, polygone, cercle, courbes de Bézier ). Elle possède des modules supplémentaires dédiés à la 3D (pst-3d ), à la couleur (pst-fill, pst-grad ), au tracé de fonctions mathématiques (pst-plot)… Pour le prof de math, le module pst-eucl est incomparable : il permet des constructions géométriques euclidiennes à la manière des logiciels de géométrie comme Cabri ou Drgeo.

Voici la page officiel où vous trouverez davantages d’informations : http://tug.org/PSTricks/

Utiliser PSTricks dans un document \LaTeX est assez simple.

Il faut déclarer l’usage de l’extension :

\usepackage{pstricks}

Puis pour dessiner on utilise une nouvel environnement :

\begin{pspicture}[Options][Ligne de Base](x_0,y_0)(x_1,y_1)

Un joli dessin

\end{pspicture}

Les commandes entre crochets sont optionnelles.

La commande Options par exemple permet de fixer des paramètres comme : linestyle=dotted, linewidth=0.3 etc…

Le paramètre (x_0,y_0) est fixé à (0,0) s’il est absent. Ce sont les coordonnées du coin inférieur gauche de la figure. Le paramètre obligatoire (x_1,y_1) correspond aux coordonnées du coin supérieur droit.

Une version étoilée ( pspicture* ) existe : elle n’imprime pas les parties du dessin qui sortent de la boite.

Comme on le comprend, la figure se construit dans un repère orthonormé dont on fixe les limites au départ. Il faut ensuite décrire chaque objet par ses coordonnées.

Pour conclure ce premier billet dessinons un triangle :

latex-lecon_alpha_1-02.png

\begin{pspicture}(5,5)
psline(1,1)(5,2)(3,5)(1,1)
\end{pspicture}

Remarquons que dans la déclaration de l’environnement je n’ai fait référence qu’au bord supérieur droit, le bord inférieur gauche est donc à (0,0).

La commande psline permet de tracer un segment joignant des points dont on donne les coordonnées. Facile non ?

Cette commande, et toutes les autres, ont en commun d’avoir de nombreuses options supplémentaires qui permettent de modifier le style des segments ( pointillées, épaisseur, des flèches aux extrémités … )

C’est l’objet de l’article suivant.

PrécédentSuivant

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :