André Antibi et la constante macabre

André Antibi professeur de mathématiques à l’Université Paul Sabatier de Toulouse et directeur adjoint de l’Irem, continue sa lutte contre la constante macabre, concept qu’il a inventé en 1988. Voici comment il la définit lui même :

« Dans notre enseignement, les élèves sont les principales victimes de la constante macabre. De quoi s’agit-il exactement ? Lorsqu’un enseignant prépare un sujet de contrôle de connaissance et lorsqu’il choisit un barème, il fait en sorte, plus ou moins consciemment, que les notes soient étalées convenablement : il faut qu’il y ait toutes sortes de notes, des bonnes, des moyennes, des mauvaises; et cela quel que soit le programme du contrôle, la qualité de l’enseignement, le niveau de la classe. »

Ainsi, quelque soit le niveau de la classe la proportion de mauvais élèves reste la même : la constante macabre.

Le MLCLM, Mouvement Contre La Constante Macabre, propose quelques pistes de solutions, comme par l’Évaluation par Contrat de Confiance.

Voici trois livres que je vous conseille vivement sur ce thème :

Broché: 160 pages
Editeur : Math’Adore
Sortie : 25 septembre 2003
Langue : Français
ISBN-13:978-2098996045

Sur Amazon

Broché: 158 pages
Editeur : Fernand Nathan
Sortie : 6 juillet 2007
Langue : Français
ISBN-13:978-2098996472

Sur Amazon

Broché: 159 pages
Editeur : Math’Adore
Sortie : 10 novembre 2011
Langue : Français
ISBN-13:978-2091820132

Sur Amazon

À lire un article récent du café pédagogique, quelques extraits vidéo du dernier colloque du MCLCM, et un interview plus ancien.

Finalement ce sont deux philosophies de l’école qui sont convoquées :

– l’école doit-elle préparer à la vie de tous les jours, souvent dure, où peuvent surgir des instincts de rivalités et de compétition;

– l’école doit-elle se restreindre à former le mieux possible, le plus possible de citoyens, sans prendre exemple sur le fonctionnement de la société, surtout lorsqu’il présente des imperfections ?

Publicités
%d blogueurs aiment cette page :